Inspiration antillaise, secret de dame

Le Rhum arrangé

 

Le rhum arrangé  est un terme réunionnais qui se différentiait de leur rhum blanc traditionnel par l’ajout de fruits, écorces, épices. Ces ingrédients étaient macérés, au minimum 1 mois dans la bouteille. Cette préparation était mise au soleil pour accélérer  la macération afin que le fruit lâche tout son sucre ou l’écorce ou l’épice libère tout son arôme.

C’est ainsi que l’île de la Réunion en fit sa spécialité. Puis cette boisson s’est diffusée dans l’Océan Indien, (l’ile Maurice, Madagascar,) par l’ajout d’autres épices, d’écorces, la cannelle, le gingembre, café, etc….

Image calendrier de la Reunion-Jade Edition

 

 

 En Guadeloupe, cette boisson à base de fruits était appelée communément punch. Transportée jusqu’à l’île de la Réunion, on l’a appelé rhum arrangé et on l’a additionné de fruits, d’épices pour adoucir leur fameux rhum qui était réputé très « costaud » ! Le fruit le plus couramment utilisé était le litchi puis la vanille, etc.

 

 

Image de Guadeloupe.net

Image Rhum&Sens- https://www.facebook.com/Rhum-Sens-407183962774608/?ref=hl

https://www.facebook.com/Rhum-Sens-407183962774608/?ref=hl

 

 

 

 

 

 Au fur et à mesure des années et suite à un engouement des rhums arrangés, on préconise d’utiliser du rhum agricole pour leur donner une qualité gustative et savoureuse.

 

 

 

L’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ. A CONSOMMER AVEC MODÉRATION.

 

5 commentaires

Préparez un apéritif antillais

découvrez notre secret de dame
Inspiration antillaise

 

 

A consommer avec modération et sans glaçons !

 

Préparez l'apéritif antillais relève du grand art et c'est avant tout dans la préparation du ti-punch, boisson nationale des Antillais.

 

Le ti punch, nom créole qui veut dire "petit punch" en français, terme très ancré dans la culture antillaise. C’est un cocktail mais considéré comme une boisson alcoolisée dans les DOM TOM (Département et Territoire d’Outre-Mer français).

 

 

 

Comme son nom anglophone l’indique, le mot « punch » peut signifier à la fois un coup de poing mais aussi avoir une forme tonique.  En fait, comme il est déjà utilisé en cocktail (dont l’origine est une boisson indienne non alcoolisée à base de  5 ingrédients  ou 5 fruits),  en créole, on dit « ti punch », terme populaire pour signifier que la boisson était réduite à 3 ingrédients : le  rhum, le sucre et le citron vert.  Ces 3 bases que l’on trouve et qui sont consommées aux Antilles françaises.

Pour faire un ti-punch, il faut

                .5 cl de rhum selon votre goût et humeur (rhum fort ou léger, blanc ou vieux)
                .2 cl de sucre de canne
               .un zeste d’un quartier de  citron vert  (le quartier doit être mis dans le verre !)

 

 

 

Remuez (quelques secondes à quelques heures) et buvez (« cul-sec » ou à petites gorgées).

 

Cependant, chaque île a sa propre recette, on peut utiliser :

 

·         un rhum : blanc, vieux ; 40°C, 50°C, 55°C voire 62°C jusqu’à 70°C (« Esprit » de Neisson)

·         sucre de canne : blanc, roux, raffiné ou non, en  poudre, sous forme liquide,  en sirop (blanc ou brun), du sirop de batterie ou une cuillérée de marmelade de fruits maison

·         citron : vert, jaune, en quartier, liquide

 

Mais dans tous les cas,  préparer le ti punch est un rituel voir une cérémonie.  Il se boit lors d’un apéritif, entre amis. Bref, toute occasion est bonne à prendre pour en boire un, aux Antilles : le matin au « ti dej » jusqu’à minuit pour s’endormir. L’important est de respecter les proportions! de façon qu’au palais, le ti punch soit équilibré en bouche et agréables à boire.

 

D’ailleurs, aux Antilles, vos hôtes vous en feront la remarque!

 

Photo de presentation d'un ti-punch, le rhum est dans le verre!! ( photo non contractuelle)